Historique


Site en cours de restructuration. Je vous remercie de votre compréhension !

Mise à jour actuelle hebdomadaire


 H I S T O R I Q U E   de    S U I N

*

Suin de l'antiquité à nos jours.... Sedunum Castrum, Seodunum, Suin, Souyn, Suin
(plus à venir)
*
Longtemps avant les Gaulois, la montagne était habitée par des peuples sauvages qui se cachaient dans des grottes et vivaient de chasse.

Par sa situation élevée Suin fût sans aucun doute, de tous temps, le refuge des populations qui avaient tout à craindre des hommes et des bêtes.

Il est loin déjà le temps où des hauteurs de Suin on pouvait voir passer les Helvètes fuyant devant les légions romaines. c'était en l'an 58 av JC (1).

Des fouilles faites à Suin ont permis de découvrir des médailles gauloises. Les romaines de Domitien, d'Aurélien, des urnes ; un morceau de colonne de 1m20 de circonférence avec inscription prouvant que Suin était une station romaine ; des tombeaux avec ossements, une molette d'éperon, un fer de coutelas, un talisman en corne, une pointe de lance et même un petit bas-relief représentant deux guerriers.

En fouillant en 1772 et 1776 on trouva des fers à cheval, une agrafe antique, des pièces de monnaie dont l'une était de Philippe Le Bon, etc. (2). Il y a encore de nombreux tombeaux et fort certainement encore des pièces intéressantes à découvrir.

Espérons que les fouilles actuelles (1934) feront voir le jour à d'importantes pièces de collection. Sedunum (Seodunum) était le nom celtique de Suin, dunum désignant un lieu élevé. Sous les Mérovingiens Suin appartenant au Pagus Calibonensis ( Pays de Chalon).
Les Sarrazins semblent avoir occupé longtemps le pays puisque plusieurs bourgs voisins ont conservé des dénominations de cette époque, entre autres La Guiche et Le Rousset (3).
Les Alerci Brannovices ou Brionnais y séjournèrent longtemps après la domination romaine. Le pays des Brannoves fût divisé en deux parties : le Brionnais et le Charolais.

Le Charolais forma la première baronnie du Comté de Chalon et fût donnée par Pépin, roi d'Aquitaine, au Comte Eccard qui fonda le prieuré de Perrecy (4). Il en fît partie jusqu'en 1237, date à laquelle il fût réuni au Duché de Bourgogne par Hugues IV qui en avait fait l'acquisition.

A XIè siècle,  Suin paroisse de Sedunus, devait être peuplé de paysans, serfs, bûcherons au service de nombreux seigneurs de cette région couverte de bois.

Le clocher de l'église qui est de cette époque atteste une vie concentrée au sommet de la montagne.

Au XIVè siècle le château fort de Suin abritait les seigneurs du lieu, Béatrix de Suin (1307) ; J.de Suin (1321) ; Bernard de Suin, Seigneur de Villars.

<><><><><><><><> <> <><><><><><> <><> <> <><><><><><> <><> <>
Chateau fort, toile (collection privée Comte Eric de Suin).
Sivignon faisait partie de la commune de SOUYN sous le nom de SOUIGNON et possédait un chateau où résidaient les Seigneurs de Lespinasse.

<><><><><><><><> <> <><><><><><> <><> <> <><><><><><> <><> <>
chateau fort de SUIN vers l'an 900
(carte postale d'après une vieille estampe  Imp Bourgeois, Chalon sur Saône)

Ce château fût détruit, comme tous ceux de la région, au moment de la Ligue (campagne de 1522 contre François Premier - Guerres de religion)

En 1434, la querelle entre Philippe Le Hardi et le Duc d'Orléans vit se dérouler dans le Charolais des luttes sanglantes. La prise de Chaulmont-en-charolais (aujourd'hui commune de Saint-Bonnet-de-Joux) ne fût pas sans amener à Suin des scènes de désordre et pillage. les paysans occupés à se défendre délaissaient leurs terres. Le résultat en fût une famine atroce qui sévit de 1636 à 1638. Elle fût suivie par la peste. Les bandes des Ecorcheurs avaient déjà dévasté la région de 1438 à 1443.



En 1659 on apprend par un document de l'évêché d'Autun que le village était nommé SOUYN Souivignon, actuel Sivignon en faisait partie.


En 1684, le Prince de Condé prend possession du Charolais que Charles VIII avait vendu à Philippe, Archiduc d'Autriche, et qu'un échange entre Louis XV et mademoiselle de Sens rattacha à la couronne en 1771.es années 1708 à 1710 furent marquées par une nouvelle famine qui désola la région. On y vivait de gland et de racines de fougères. Elle fit à Suin de nombreuses victimes : il y mourut 235 personnes et 138 quittèrent le pays.

Les deux siècles qui suivirent semblent avoir été une période heureuse. La révolution et les guerres de l'empire y eurent peu d'influence. 


 P A N O R A M A S




Au Nord, Le chateau de Chaumont sur une colline. La Guiche avec ses quatre arbres qui dominent (*). Mont Saint-Vincent au pic tronqué. Les montagnes bosselées d'Uchon. Les montagnes d'Autun et de Bibracte.
Au Sud-Ouest, la grosse protubérance boisée du Mont Botey, près du Mont Artus.
Au Sud, la Montagne de Saint-Cyr, Les Monts du Beaujolais, ceux du Mâconnais
A l'Est les Monts de Cluny, Mont Saint-Romain puis des collines boisées au-dessus desquelles par temps clair, on aperçoit le Mont blanc. Une dépression de terrain laisse voir le Chalonnais et le ruban d'argent de la Saône (*).

 


Vue au Nord sur la plaine de la Saône.
A l'horizon, Châlon-sur-Saône et un long lit argent, celui de la Saône. 
<><><><><><> <><><><><><> <><><><><><>
A l'Est, les monts de Cluny et le Mâconnais


La vue est circulaire. Rien ne gêne le regard. Avantage rare qui fait du panorama de Suin l'un des plus beaux de France.




*

Suin d'hier et d'aujourd'hui


La carte la plus ancienne (1659 - Evéché d'Autun)


 
Etude d'après les Carte de Cassini (1720-1820),
Copyright Gallica autorisé pour usage personnel

et les cartes IGN et Google map satellite
 

 

Suin au XVIII° et Suin au XXI°

 La carte de Cassini présente des lieux-dits aux écritures suivantes qui diffèrent des cartes actuelles :


Les hameaux :

  • Mont
  • Pont de Mont
  • Les Bruyères (sur Suin et Vérosvres)
  • Mont de la Bordure (aujourd'hui la Bredure)
  • Les Combes
  • Mallat
  • Les Desbois ou les Bois - selon les cartes (en lieu et place de "Les Condemines")
  • Les Terres
  • La brosse
  • Tillet (Tillay). Le "Chateau" de Tillet (Courtepée 1779)
  • Les Falattes
  • Les Bois (différent des Bois > les Condemines)
  • Le Carron
  • Mont Suin (Montagne ou butte)
  • Suin (le village)
  • Les Grands fossés (cimetière)
  • Laurot
  • Les Marots
  • Vauzelles (ou Vauzelle)
  • Charantigny (Chalentigny)
  • Gursin
  • Les loges du Moulin (étang d'Hautevelle)
  • Hautevelle
  • Les Molières
  • Velle
  • Ruère
  • Les Vernaillots
  • Les Roches
  • Les bois de Vaux
  • La grande borne
  • Le Breboux (sur Suin et Saint-Bonnet-de-Joux)
  • Sivignon (alors hameau de Suin) - château des Seigneurs de Lespinasse
  • Les Bouchots
  • Les Laurendos
  • Martras
  • Les Moreaux
  • Laurendots
  • Les Pierres Blanches (entre Le Carron et les falattes, hameau "disparu" qui serait lié aujourd'hui au hameau du Carron - Info donnée par Alain Laforêt)


Exit quelques hameaux illisibles et d'autres, soit qu'ils étaient encore en bois ou friches, soit qu'ils n'étaient pas référencés, ou qu'ils aient été nommés différemment au XVIII°


(Un grand merci à Jean Prost qui m'a aidé à lister les hameaux de Suin et m'a renseigné sur diverses particularités.)

 

II. Constructions au XVIIIè siècle.



Chateaux, seigneureries,
Chapelles, églises,
Loges, baillages
*




Le chateau féodal de Suin était la demeure des Seigneurs De Suin ( Béatrix, Bernard, J. ... ) . Il existait en l'an 900 environ selon l'estampe ancienne qui permit les cartes postales du chateau par l'imprimerie Bourgeois Frères.
Grâce aux recherches poussées sur le Charolais, et selon Fernand Laurent, chacun des petits monts du Charolais était doté d'une forteresse ainsi Suin, Artus, Collonges, Mont Saint Vincent Chaulmont en charolais (Saint-Bonnet de Joux)... Lors des guerres de religion, la région sera incendiée, les habitants s'enfuiront au Nord et aucune des constructions ne résisteront.
A Suin, beaucoup plus tard un mur d'enceinte de quatre mètres de haut sera mis à jour selon l'abbé Courtepée.



Probable vestige du chateau féodal, (cf photo), cette tour de guet fût réhabilité par les allemands au cours de la dernière guerre, puis à nouveau en ruine après 1945, elle fût restaurée il y a peu.
*

Il reste des ruines féodales ailleurs ( à Collonges - Vendenesse les Charolles - non loin des fours à chaux) ; Quelques chateaux ont été reconstruits - Chaulmont - Corcheval...
[ Dans le livre de l'abbé Courtepée, nous apprenons que Louis XIV a honoré de sa présence le chateau de Chaumont à Saint Bonnet de Joux, alors appelé Chaulmont en Charolais]


*

On appelait "chateaux" au XVIII° des maisons d'importance occupées par des nobles ou seigneurs. A Tillay, monsieur Lévêque nous apprend que sa maison, construite aux alentours de 1812, était celle d'un notaire. On apprend aussi l'existence du chateau de Tillet (Supposé cette demeure...? )
Monsieur Luis T. Ortega présente dans le bulletin municipal Suin 2009
un article complémentaire quant à la vie des Suinats de 1487 à 1720. Intéressant...
Merci à lui !
à suivre...
*
Ce site et ses diverses documentations ont permis de renseigner la commune de Suin sur Wikipédia.




*

" Je dois tenir ça de ma mère" disait Madame Laurent à propos de son choix de vivre à Suin. Fille et petite-fille, mes intérêt et affection pour la montagne de Suin seront de sources sûres !
Ces sites donc, par amour de l'histoire, passion de la poésie, de l'image de l'informatique et de l'art. En hommage aux miens défunts Gi ma soeur, Suzanne, ma mère, Ernest mon Petit Père, ce doyen qui nous quittait ce 19 janvier dans sa 99è année.

*

Suin ?
Parce qu'on y respire la Poésie !





*


Les photos et montages déposés sous licence AGAPF





© Jade Vuaillat SGDL
ISSN / BNF
Tous droits réservés


Aucun commentaire: